Afriyelba
A la Une Musique

Stéphane Kely : L’autre façon de chanter sur le SIDA


Des légendes de notre musique africaine à l’instar de Shungu Wembadio Pene Kikumba dit Papa Wemba aurait été heureux d’écouter cette mélodie venant d’un «nourrisson » qui n’a pas connu la Rumba. Il aurait salué  de Stéphane Kely.

Pour la structure VISION PARFAITE, c’est une véritable trouvaille ou une pépite d’or qui serait en train de s’illustrer positivement sur la place publique. Loin de vouloir se noyer dans le fanatisme arbitraire, ce garçon est un trésor encore enfoui dans ce sable crasseux de notre showbiz. Il suffit tout simplement qu’on n’y passe un morceau de torchon imbibé de déodorant et le tour est joué ! L’auteur de «Ma grâce» côtoiera les célébrités comme Fally Ipoupa, Awilo Logomba, Guy Lobé ou encore Trésor M’voula.

En prenant le soin d’écouter le titre «Amorémio», hormis sa  splendide voix, la symphonie musicale orientée par la guitare bass est une originalité. Cet instrument à 4 cordes est omniprésent sur l’ensemble de la chanson. La cadence de cette bass est présente dans une forme rythmique soft à la fois rumba et makossa. Quant à la guitare solo, elle vient naturellement jouer son rôle d’accompagnateur auprès de la bass tandis que vous écoutez de façon  intermittente, l’apparition des vents et le charleston qui s’interposent entre la caisse claire et le piano.

Que dire alors de cette voix mélodieuse qui a choisi spécialement de s’exprimer en Do majeur avec des dénivellations en octave quant il veut entamer son tube ou quand il ouvre du champ aux choristes pour ce refrain pourtant nostalgique. Par ailleurs, Il aborde un sujet tabou qu’est le SIDA. C’est sous un ton très aigu qu’il prononce à l’unisson le mot SIDA. «Amorémio» est un tube responsable qui doit se trémousser par des personnes de bonnes moralités. Des quadragénaires sincères et élégants aux côtés des jeunes femmes responsables et surtout très mignonnes habillées en tissu africains de luxe tels que le Faso Dan Fani, le Wax ou encore, le pagne baoulé. Vivement, Il serait encore plus judicieux de voir Stépane Kely entonné ce rythme en live.

Jabbar !


Articles similaires

Fête en rire: 1er spectacle réussi au SIAO

Afriyelba

Affaire « Burida-Pat Sako »: A’Salfo mène une médiation pour un dénouement heureux

Afriyelba

VILLAGE CINE DROIT LIBRE: Le festival a rendu hommage à Norbert Zongo

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR