Afriyelba
A la Une Culture Société

“Identités culturelles et transmission” est le thème de la deuxième édition du festival Salon de l’espace ART qui se tient du 21 au 25 mai à Ouagadougou.


La restitution des ateliers de formation de la deuxième édition du festival de l’espace ART a débuté ce mardi 21 mai à l’établissement Gabriel Taborin. Initié par l’association Tonnerre d’art d’Afrique (ART’A)9, ce projet socio-culturel vise à inciter les jeunes lycéens mieux s’intéresser à leur culture, d’où le thème  »identités culturelles et transmission  ». Le festival se poursuit jusqu’au 25 mai à Ouagadougou avant de déposer ses valises à Bobo Dioulasso.

Les élèves de l’EGT porte un intérêt particulier au festival Salon de l’espace ART.

Pour cette deuxième édition, plus d’une cinquantaine de lycéens ont bénéficié du programme de festival Salon de l’espace ART. Formation, spectacle, performance, tourisme artistique sont au menu du projet dont le lancement a eu lieu le 6 avril dernier à Ouagadougou. Les apprenants ont présenté à l’occasion de cette première restitution une création de 20 minutes sur le thème de l’édition qui a est ‘‘Identités culturelles et transmission  ». Les activités se poursuivent ce mercredi 22 mai avec un atelier de danse théâtre à l’orphelinat Cri de coeur à partir de 15 heures. Le jeudi 23 mai, les élèves de l’EGT et les élèves d’autres établissements invités effectueront une sortie découverte à l’espace Gambidi, au Goethe Institut, au Centre de développement chorégraphique (CDC) la Termitière. Le programme de poursuivra vendredi à 15 heures avec une performance de danse avec des danseurs professionnels à l’EGT. Les activités de cette deuxième édition du Salon de l’espace ART prendront fin le samedi 25 mai avec un atelier de danse traditionnelle à l’espace Gambidi à partir de 15 heures.

Akim Haoufoulé président de l’ART’A est déjà satisfaits du résultat du festival du Salon de l’espace ART.

Pour le président de l’ART’A Akim Haoufoulé, l’objectif de l’évènement est de promouvoir l’éducation artistique et culturelle et de faire découvrir les espaces culturels du Burkina aux plus jeunes. « Le festival s’est donné pour objectif de faire la promotion des espaces culturels et également promouvoir l’éducation artistique et nous sommes assez satisfaits à ce stade de l’exécution du programme. Il n’y a pas eu de problème majeur jusqu’aujourd’hui, les élèves ont bien transmis ce qu’on leur a appris et les gens ont apprécié» a-t-il confié.
Devant leurs camarades et des professionnels de la danse en l’occurrence Jean Robert Koudogbo-kiki et Aziz Zoundi, les élèves ont présenté une performance de 20 minutes sur le thème de l’édition. Il ressort de ce spectacle que l’émancipation de l’Afrique passe nécessairement par la réapparition de ses valeurs et pratiques propres à elle. Les élèves venus nombreux voir les performances de leurs camarades ont eu également assister à des exécutions de pas de danses urbaines. Le parrain de cette deuxième est le danseur et chorégraphe Djibril Ouattara.

La restitution a été bien apprécié par les spectateurs.

L’étape de Bobo Dioulasso de tiendra du 28 mai au 1er juin 2024 avec des formations, des spectacles, du tourisme artistique et des activités sportives.

Par Wend Kouni.


Articles similaires

Carmen Sama, la veuve de Dj Arafat pense avoir échappé à la mort

Afriyelba

Musique burkinabè : Amaii Bedy signe son 1er album

Afriyelba

Clip du jour: Le Baron des Barons by Werrason

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR