Afriyelba
A la Une Mode

LES AMANTS DE LERBOU: Le nouveau roman de l’ancien ministre Baba Hama


Le ministère de la culture et du tourisme pour répondre à la nécessité d’offrir aux opérateurs du livre un espace transversal de rencontres et d’échanges sur les questions majeures de la filière livre, a initié un concept dénommé « Cafés littéraires du Faso». Lancé le 9 avril dernier, ce concept a permis à une dizaine d’auteurs dont l’ancien ministre Baba Hama de présenter leurs œuvres éditées au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au Centre national des archives en présence du directeur des éditions Harmattan international.

 

« Les Amants de Lerbou » ; tel est le titre du nouveau roman de l’ancien ministre de la culture et du tourisme, Baba Hama, rendu public le 9 avril dernier. « Le roman traite de l’histoire de deux jeunes gens, un garçon et une fille qui ont été élevés comme des frères parce que leur parent étaient des amis de longue date. Au fil du temps, les deux se prennent et tombent amoureux l’un de l’autre. Cet amour est-il possible ? Viable ? Sera-t-il toléré par la société ? » Ce sont là les ingrédients du roman expliqué par son auteur. En plus de ce roman, nouvellement édité par les éditions Harmatan international, le ministre a présenté 3 autres qui ont fait l’objet de réédition.

Il s’agit de « Kalahaldi, la patte de charognard », du recueil de nouvelles « Encens et  myrrhe» et du roman « Lamordè » qui avaient été précédemment publiés par les Presses universitaires. « Acens et myrrhe est un recueil de 15 nouvelles qui traitent de thèmes variés. Lamordè raconte l’histoire d’un jeune fonctionnaire qui a été affecté en brousse.

Une affectation qui a suscité plusieurs interrogations. D’aucuns ont vu une raison syndicale et politique dans cette affectation qui s’est déroulée à une période où le pays était en pleine ébullition. Quant à Kalahaldi la patte du charognard, il raconte aussi une histoire éminemment politique puisqu’il s’agit de l’évolution d’un homme de la rue qui va profiter de l’arrivée d’immigrés et de l’ouverture démocratique dans son pays pour faire une carrière politique » a expliqué Baba Hama.

Ces différents ouvrages sont disponibles sur le site de Harmattan international. Selon l’auteur, bientôt ils seront disponibles dans les grandes librairies de la place telles que Mercury, DIACFA et Jeunesse d’Afrique à des prix abordables. Tout comme Baba Hama, une dizaine d’autres auteurs ont présenté leurs œuvres à la première édition du « Cafés littéraires du Faso » ; une trouvaille du ministère de la culture et du tourisme pour promouvoir la filière livre. Ce sont entre autres, les auteurs Tiemoko Rémy Serme (Pleurs dans la nuit), Parfait de Thom Ilboudo (L’amante religieuse), Sophia Kangambèga (Une affaire d’anges), Joseph Bakhita Sanou (Il était une fois aux feuillantines. L’histoire d’une famille burkinabè), Sébatien Yougbaré (Attachement et délinquance des mineurs : déterminants psychosociaux au Burkina Faso).

A travers ces « Cafés littéraires au Faso), le ministre de la culture et du tourisme Jean Claude Dioma a indiqué que son département se fixe les objectifs suivants : faire découvrir les écrivains burkinabè et africains, contribuer à la diffusion de la pensée des créateurs burkinabè et africains, créer un cadre promotionnel des métiers du livre et inciter à la lecture c’est-à-dire à la consommation des produits du secteur. Une tribune donc qui vient s’ajouter à celle de la Foire international du livre de Ouagadougou pour faire du livre un des leviers de l’économie nationale.


Articles similaires

Ismael Ouédraogo: Ainsi donc sa femme est flic

Afriyelba

Nuit de la qualité et des innovations: Le promoteur satisfait de l’édition 2019. Interview

Afriyelba

Culture : à la découverte du Otaku du Burkina

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR