Afriyelba
A la Une Société

LES CINQ (05) KILOMETRES DE LA MORT


La route nationale 22 (l’Hôpital Paul VI au barrage de Kamboinsin) a été et continu d’être un cimetière pour plusieurs victimes d’accidents. Entre l’incivisme des usagers et les problèmes après sa rénovation, la mort y tend toujours la main aux usagers. Nous sommes allées à la rencontre des riverains et de la police municipale pour en savoir plus sur les raisons qui font de ce tronçon « les cinq kilomètres de la mort ».

Les accidents se multiplient chaque jour sur cette voie longue de 5 km. La route nationale 22 (RN22) était dans un piteux état les années passées rendant difficile la vie aux usagers et aux véhicules qui l’empruntaient. Dans l’optique de mettre fin à ce calvaire, les autorités ont décidé d’y remédier à travers un projet de réhabilitation. En 2020, la section du service régionale de la circulation et la sécurité routière du centre a enregistré 28 cas d’accidents mortels lors de la rénovation des 5 km de la mort. En novembre 2021, la RN22 est enfin revêtue pour, espérait-on, le bonheur de ses usagers.

Un soulagement de très courte durée.

Une recrudescence illogique des accidents sur cette route se fait ressentir. Premier Constat, les anciens ralentisseurs ont été supprimés durant la réhabilitation du tronçon. Aucun ralentisseur pour freiner les ardeurs des amateurs de vitesse. Aussi, le long du tronçon est animé par un seul feu tricolore qui « N’est pas à sa place » selon Monsieur Diallo Hyacinthe de la police nationale chargé de la sécurité de cet axe. L’éclairage sur ce tronçon est une vraie catastrophe. Dès que le soleil disparaît dans les entrailles du ciel, tous les usagers de cette voie sont plongés dans le noir total. Seule la projection des phares et feux rouges des engins montre qu’il y a présence humaine sur la voie. Les lampadaires solaires disposés aux abords de cette route nationale n’arrivent même pas à dissiper leur propre silhouette. La grande majorité de ses lampadaires ne fonctionne plus. Notons que la RN22 est fréquemment traversée par l’armée nationale, l’armée française pour rejoindre son camp et par les exploitants miniers.

L‘incivisme des usagers de la route est aussi au rendez-vous.

Kaboré Stéphanie élève en classe 4e au Complexe Scolaire Somdé de Kossoghin nous explique son calvaire chaque matin pour rejoindre son établissement : “C’est très compliqué de traversée la route pour rejoindre mon école. Comme il n’y a pas de feu tricolore, les usagers ne ralentissent pas et j’ai peur de traverser et me faire renverser. Certains motocyclistes n’ont ni freins ni phares et sont la cause de plusieurs accidents sur cette route. Je demande souvent l’aide d’une grande personne pour traverser la route ».

La RN22 est désormais « lisse » propice à l’excès de vitesse source de nombreux accidents de la circulation. Et cette situation, Madame Ouédraogo Rainatou, riveraine et parent d’élève du « Complexe Scolaire Somdé de Kossoghin » la déplore aussi : « Franchement, cette route est très dangereuse. J’habite à quelques pâtés d’ici, mais je ne laisse jamais mon enfant se rendre seul à l’école. J’ai moi-même été victime d’accident sur cette route donc je l’accompagne toujours, car je ne suis pas tranquille vu le trafic et le manque de ralentisseurs “.

Monsieur Kiemdé Moussa y va du même ton : “je suis présentement avec un petit frère en urgence à l’hôpital Yalgado Ouédraogo victime d’un accident sur cette route pour cause de vitesse. S’il y avait des ralentisseurs au moins, cela aurait pu freiner les ardeurs de celui qui fessait la vitesse.

« Cette route est vraiment mortelle”.

En plus de l’absence de ralentisseurs, le manque de panneaux routiers et de feux tricolores, le non-respect du code de la route par les usagers, un autre facteur très important contribue à rendre la RN22 encore plus dangereuse qu’elle ne l’était déjà. Monsieur Hyacinthe Diallo de la police municipale chargée de la sécurité de la route nous explique que la route nationale 22 n’a pas les dimensions requises pour répondre à une bonne infrastructure. Elle est très étroite et son étroitesse est la cause de plusieurs accidents. Et même après les accidents, difficiles de faire un bon constat car les dimensions de la voie ne sont pas adéquates et posent problème lors des calculs.

Depuis un certain temps, des mesures ont été prises pour rendre la RN22 plus fréquentable et moins dangereuse pour ceux qui l’emprunte. La police Nationale appelle à l’ordre, au respect de la limitation de la vitesse. Il est important que nous soyons conscients et responsables sur la route ainsi, nous éviterons certains accidents.

 

Natifa Traoré

 


Articles similaires

Meiway et Espoir 2000 débarquent à Ouaga pour la Saint Sylvestre

Afriyelba

Musique: Une bombe se prépare entre Dez et King Mensah

Afriyelba

Littérature: Abraham O. Ouèssena ABASSAGUE sort sont premier roman intitulé Tiébélé

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR