Afriyelba
A la Une Musique

ARIEL CHENEY, ARTISTE-MUSICIEN IVOIRIEN: « Le Burkina doit s’améliorer musicalement en…. »


S’il y a un sujet qui alimente actuellement les débats au Burkina dans le domaine de la musique, c’est bien celui des quotas de la diffusion de la musique burkinabè dans les différentes chaînes et radios et même dans les différents espaces de joie. Ce sujet a fait l’objet d’un atelier tenu la semaine dernière sous l’initiative du Conseil supérieur de la communication. Ils sont nombreux ceux là qui estiment que les animateurs et DJ jouent plus de la musique étrangère au détriment de celle burkinabè. Ce constat, l’artiste musicien ivoirien Ariel Sheney l’a fait lors de son tout premier séjour au pays des hommes intègres: « Dans tous les coins chauds où je me suis rendu, j’ai remarqué qu’on ne fait que jouer de la musique ivoirienne ou nigériane aux dépends de celle burkinabè » nous a t-il confié dans l’interview qu’il a accordée à Afriyelba. Une situation déplorable selon l’arrangeur attitré de DJ Arafat qui indique que le « Burkina doit s’améliorer musicalement en valorisant la musique du terroir ». En plus de ce sujet, Ariel Sheney a fait le bilan de son séjour au Burkina, parlé de sa carrière musicale, de sa relation avec Dj Arafat et de l’incarcération de certains éléments de la Yorogang en Guinée Equatoriale.

Afriyelba: Tu viens de passer une semaine de séjour au Burkina Faso, peux tu nous expliquer les raisons de ce séjour au pays des Hommes intègres?

Ariel Sheney: Je suis venu au Burkina pour une série de spectacles dans plusieurs espaces récréatifs. Je dirai que je suis venu pour une tournée.

Et cette tournée t’a menée où?

J’ai commencé par un show piscine et par la suite j’ai fait des shows case aussi bien dans des boites à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso. J’ai aussi mis mon séjour à profit pour faire un de mes clips au Burkina Faso.

C’est lequel?

C’est un nouveau morceau que j’ai fait juste avant de venir ici. C’est une chanson qui parle de moi.

A la Maison Blanche où tu étais en show case, tu as eu une grosse surprise. Peux tu nous en parler?

Ah oui c’est vrai. C’est une très grosse surprise agréable que m’a faite Floby et son staff. Bien avant mon spectacle j’étais avec Floby à la piscine. Nous nous sommes amusés et on a mangé ensemble. Lorsque je lui ai dit que j’avais mon spectacle dans la soirée, il m’a répondu qu’il ne pourra pas être là parce qu’il avait une prestation dans une des provinces du Burkina. J’étais un peu déçu parce que je voulais qu’il soit à mes côtés à la soirée. Et à mon spectacle, j’étais déjà sur mes nerfs parce que je n’étais pas trop content de l’organisation qui était mauvaise. Pendant que j’étais en pleine prestation le DJ m’a coupé et a balancé la chanson que j’ai faite avec Floby. Je n’ai rien compris. Je n’ai même pas eu le temps de me renseigner sur cette coupure subite que je vois Floby, micro en main en train de se frayer un chemin pour me rejoindre sur la scène. C’était vraiment une surprise totale pas seulement pour moi mais aussi pour mes fans et les invités qui ne s’attendaient pas à voir Floby dans la boite. J’ai beaucoup aimé. Je lui transmet mes sincères remerciements ainsi qu’à son staff qui a su bien préparer le coup.

Tu as parlé d’une mauvaise organisation au niveau de la Maison Blanche. Il me semblerait qu’au niveau du show Piscine tu t’es également plain d’une mauvaise organisation. Qu’est ce qui n’a pas marché en fait dans ces deux espaces?

Je ne sais pas si c’est tous les organisateurs de spectacle de Ouaga qui sont comme ça mais les personnes qui m’ont fait venir n’ont pas été à la hauteur. Ils ont péché non seulement dans la crédibilité mais aussi dans l’organisation des spectacles. Ce qui a fait que depuis le show piscine jusqu’à mes shows dans les boites, les choses n’ont pas trop marché. J’ai compris après que les organisateurs sont des gens qui débutent dans le métier. Ils sont passés par des personnes pour qui j’ai de l’estime à Ouaga pour me faire venir. Si ça ne tenait qu’à eux seuls je ne serais pas venu parce qu’ils ne sont pas compétents. C’est ma première fois que je vienne à Ouaga pour des spectacles et il ne fallait vraiment pas que je tombe dans cette « merde ».

Tu es déçu alors?

Oui mais pas trop parce que grâce aux personnes telles que le président Extractor, Imilo Lechanceux , Floby, Aly Spidy, je ne me suis pas trop ennuyé. Ce qui est sûr je reviendrai à Ouaga mais dans des conditions mieux que celles-ci.

A bobo aussi tu as été reçu dans de mauvaises conditions?

Non à Bobo où j’étais en show case dans la boite Don Grégoris j’ai été mieux reçu qu’à Ouaga. Je leur tire mon chapeau pour la bonne organisation et communication. Les choses se sont bien passées et le show a été trop top.

Floby et shéney
Floby et Ariel pendant le tournage du clip « Touma »

Venons à ta carrière musicale. Combien d’album disposes tu?

Pour le moment je n’ai pas d’album. J’ai à ma disposition plusieurs singles que je compte rassembler d’ici le mois de décembre prochain pour en faire un album. Actellement j’ai un single qui fait le buzz sur les différentes chaines de télévision et dans les coins chauds des capitales africaines. Il s’agit de « Djakarija ».

Dis nous comment tu arrives à concilier ton boulot d’arrangeur de l’un des artistes le plus productif de l’Afrique à savoir DJ ARAFAT et de ton métier de  chanteur?

Vous savez dans la vie, pour parvenir à des objectifs qu’on s’est fixé, il faut se donner les moyens. Tout est une question d’organisation, si non rien n’est impossible. Je peux dire que je suis un exemple de la possibilité de faire plusieurs choses à la fois. j’ai établi un programme que je respecte de façon rigoureuse.

Ils sont nombreux ceux qui disent que Arafat est quelqu’un qui n’est pas facile. En tant qu’élément de la yorogang, comment arrives tu à collaborer avec DJ ARAFAT qui, il faut le dire a un comportement peu ordinaire?

Je vais vous étonné en disant que DJ ARAFAT est l’artiste le plus gentil que j’ai connu de toute ma carrière. Je ne dis pas cela parce que je suis un élément de la yorogang mais parce que je suis proche de l’homme et je le connais très bien. C’est vrai que les gens disent qu’il est impoli, et arrogant au regard des actes qu’il aime poser mais au fond Arafat n’est pas comme ça.

Tu travailles chez lui à la maison me semble t-il?.

Oui il a un studio chez lui dans lequel je travaille. Au départ c’était un home studio qu’il utilisait. Lorsque je suis arrivé je l’ai transformé en studio commercial. C’est un petit studio mais qui fait des merveilles.

Parles nous de ta collaboration avec Floby

Floby et moi avons effectivement fait un featuring. Floby c’est un artiste que je respecte beaucoup. Je l’ai connu lorsque j’étais toujours musicien à l’orchestre de la RTI. J’ai été l’un de ses musicien lors d’une de ses prestations et c’est ainsi que nous nous sommes connus. Entre temps; nous nous sommes perdus de vue. Lors de son récent séjour en Côte d’Ivoire il a cherché à me voir.  Il m’a trouvé au studio chez DJ ARAFAT dont je suis l’arrangeur. Nous étions très contents de nous revoir. Et c’est au studio que l’idée de la collaboration est venue. J’ai demandé à Floby de me proposer sa chanson qui a le plus marqué les gens  pour que je pose ma voix. C’est ainsi qu’il m’a proposé « Touma » sur lequel j’ai posé.Nous avons fait le son en deux jours seulement.  Nous avons même réalisé le clip en Côte d’Ivoire.

Le clip est dispo?

Non, il sera disponible très bientôt pour les fans.

Il semble que tu prépares un concert le 30 avril prochain?

Oui. Le concert aura lieu en plein air au NPA de Youpougon. Actuellement nous sommes en plein préparatifs pour offrir quelque chose de lourd aux fanatiques

Récemment il y a eu des éléments de la Yorogang à savoir le manager et les danseurs de DJ ARAFAT qui ont été emprisonnés en Guinée équatoriale pour non respect de contrat par Arafat. Comment as tu vécu cette fâcheuse situation?

Ce fut un gros choc pour nous. Les non respects de contrats arrivent à tous les artistes. Il y a plein d’artistes qui ont été invités ici en Côte d’Ivoire mais qui n’ont pas respecté leur contrat. Ces artistes, nous n’avons pas pris en otage leurs danseurs. Ce qui a été fait au manager et aux danseurs de Arafat n’est ni plus ni moins qu’un abus de pouvoir. Je tiens à préciser que les danseurs et le manager ont duré en prison parce que l’affaire est arrivé au moment de l’attaque de Grand Bassam. Si fait que notre ministre des affaires étrangères avaient le regard tourné ailleurs. Si non nous avons mis tous les moyens pour régler le plus vite possible l’affaire. L’argent qu’ils avaient envoyé a été remboursé et tout ce qu’ils nous ont demandé a été satisfait mais pour des raisons de chantage, ils ont voulu toujours garder nos éléments. Aujourd’hui, Dieu merci tout est rentré dans l’ordre et je pense que cette situation ne va plus jamais arrivé au sein de la Yorogang.

Lorsqu’ils sont revenus, il y a pas eu de couac entre vous? Entre les anciens prisonniers de la Guinée équatoriale et Arafat? Ils ne vous en voulaient pas de les avoir jeté  en pâture?

Non non même pas. Ils se sont intégrés dans le  groupe et la vie continue. Depuis qu’ils sont rentrés le travail a repris.

Pourquoi on t’appelle Sheney?

Ce sont des amis qui m’ont donné ce surnom. Sheney c’est le nom d’un vin que j’aimais beaucoup boire. C’est parce que donc j’aimais boire trop ce vin que les amis ont fini par me surnommer Sheney. Quant à Ariel c’est un nom biblique que mon Papa m’a donné à ma naissance.

Lorsque tu chantes on constate du Arafat en toi. A -t-il une influence sur toi?

rire. Oui c’est vrai ce que vous dites. C’est un monsieur que j’admire beaucoup et il est l’un de mes mentors. Et lorsque c’est comme ça forcément on ne peut que prendre un peu de ce qu’il fait.

Pour terminer, je voudrais remercier le site Afriyelba qui me donne l’occasion de m’adresser à mes fans burkinabè et Ivoirien parce que le site est aussi lu en Côte d’Ivoire. Sans vous mentir, il sera important pour le Burkina de s’améliorer musicalement en valorisant la musique du terroir. Le peu de temps que j’ai passé ici j’ai constaté dans les différents espaces que j’ai été qu’on ne joue que de la musique ivoirienne et nigériane. En tant qu’artiste musicien ça fait plaisir que notre musique soit jouée abondamment ici mais en même temps si je me mets à la place de mes collègues artistes qui sont au Burkina cela me rend triste. Il y a plein d’artistes talentueux ici tels que Floby, Imilo, Dez Altino, dont les œuvres ont besoin d’être promues. Il faut vraiment que les Burkinabè essaient de revoir à ce niveau si non les choses ne vont pas évoluer côté musique.

Propos recueillis par Yannick SANKARA


Articles similaires

Manchester-United: Paul Pogba présente ses excuses

Afriyelba

Clip du jour: Black M ft Sidiki Diabaté- Mama

Afriyelba

Industries culturelles et créatives : Docteur Yara dégage les trajectoires et enjeux et analyse les filières

Afriyelba

3 comments

Sié le Charmeur Avr 17, 2016 at 9 h 47 min

Je suis d’avis avec lui. On doit vraiment secouer les Dj de nos maquis et Boîtes de nuit. Trop c’est trop

Reply
romaric roch Oct 13, 2017 at 15 h 50 min

Je suis ok avec ariel mais il faut que nos artistes arrete de chanter la merde.a tu lment grace a floby,imilo,dez…sa commence a aller.ROCH

Reply
le senateur fulgeo Fév 2, 2018 at 20 h 26 min

Comment:oui artiste ivoirien a pliennement raison parce que les habitants d un pays doivent d abrd aimer les chansons de leurs freres exemple cote d ivoire

Reply

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR