Recent Posts
a
20 October 2018

Ibrahim HEBIE, fils de Missa Hébié : »Nous allons reprendre le tournage du film juste après les obsèques »

Ce 26 septembre 2018 autour de 17h la majorité des Burkinabè apprenaient avec la plus grande consternation le décès brusque du réalisateur Missa Hebie sur le plateau de tournage de sa prochaine série. Dans l’après midi de ce   27 septembre  nous nous sommes rendus à son domicile sise à Tampouy pour recueillir des témoignages, des souvenirs que ses proches gardent de lui. La plupart des gens que nous avons interrogé parle d’un homme rompu à la tâche, aimable et sincère dans ses propos. Lisez plutôt

Noraogo Sawadogo Scénariste

« Missa Hebie a marqué son temps et son histoire dans le cinéma Burkinabè. »

Missa Hebie et moi travaillons depuis près de 18 ans. J’ai été scénariste de toutes ses productions sauf la dernière pour des raisons de disponibilité mais on avait toujours le même lien. Jusqu’au vendredi 21 septembre dernier on échangeait par rapport à la suite de son tournage. C’est à partir du vendredi qu’il a décidé de reprendre son tournage samedi 22 septembre. Ce mercredi 27 septembre on s’est eu au téléphone quelque 30 à 40 minutes avant que le drame ne se produise. C’est pour dire jusqu’à quel point c’était inattendu. Quand quelqu’un est  malade on se prépare d’une manière ou d’une autre à un éventuel décès, mais être  en plein tournage et on vous annonce son décès c’est un véritable choc, au regard même de la relation que lui et moi on avait. Mais à bien regarder c’est un peu du Hébie. Il a surpris tout le monde et il a su partir de la manière que n’importe quel cinéaste aurait souhaité. Entrain de faire sa passion. Nous devons aller au-delà de nos propres pressentiments pour pouvoir admettre qu’il est parti sans douleur en train de faire le travail qu’il aime. Je garde de lui un homme déterminé, courageux parce que sur tous les projets que nous avons monté, il a toujours cru en ce qu’il faisait même dans les moments les plus difficiles. C’est quelqu’un qui a marqué son temps et son histoire dans le cinéma Burkinabè. Il fait partie de ceux qui ont estimé qu’il fallait d’abord compter sur soi-même, ne pas attendre forcement les financements extérieurs pour produire son film.

Ibrahim Hébie réalisateur producteur et fils cadet de Missa Hébie.

« Nous allons reprendre le tournage du film juste après les obsèques »

Mon père a rendu l’âme devant moi. Nous sommes présentement sur un plateau de tournage nous avons l’obligation de faire une série de 52 épisodes de 13 minutes. Le programme suivait normalement son cours jusqu’à partir de 16h ou on a discuté par rapport à l’évolution du travail. Sur certaines parties nous n’étions pas d’accord, je suis son assistant en fait. C’est là que je suis allé voir le directeur photo pour que de commun accord nous puissions convaincre mon père pour pouvoir  enregistrer les séquences comme je voudrais. Dans les discussions avec le directeur photo je l’ai entendu m’appeler. Je suis allé trouver qu’il somnolait, comme il le fait souvent lorsqu’il sent la fatigue. J’ai essayé de le réveiller en le tapotant mais il ne répondait pas. J’ai toute suite fait amener un véhicule pour le transporter au CMA de pissy. A notre arrivée les médecins ont conclu qu’il n’avait plus de battements, mon père venait de rendre l’âme. Papa est un homme qui aime beaucoup travailler. C’est vrai qu’il est à la retraite depuis pratiquement sept ans mais on ne sent pas que c’est un retraité. Il m’a permis d’aller me former en réalisation et en scénarisation en Europe, je suis revenu pour qu’on travaille ensemble, mais c’est difficile pour lui d’accepter ce que  je fais parce qu’il trouve toujours que ce n’est pas comme il le veut. Mais je trouve qu’il a raison parce que s’il loue les mérites de mon travail je peux commencer à faire le gros dos et ne plus bosser dur. Après les obsèques le tournage de la série « l’ami fidèle » rependra.

Delphine Zibaré Comédienne:

« Missa Hebie est un ainé qui aime son prochain »

C’est ce 27 septembre vers 11 h que j’ai appris la nouvelle du décès de Missa hebie. J’étais vraiment déçue. Je me suis précipitée à son domicile, j’avais des travaux que  j’ai arrêté sur le champ, parce que Hébie mérite que je vienne soutenir sa famille au regard de tous les services qu’il m’a rendu. Sur le plateau c’est un homme qui aime le travail bien fait, il est rigoureux. J’ai toujours fait ce qu’il voulait. Je garde un bon souvenir de lui. Je me rappelle quand je tournais le film « Sita » j’ai tourné une séquence et il était content de moi. Son coréalisateur m’a donné 10 000 FCFA sur place. Hébie c’est un ainé qui aime son prochain. Quand tu es dans des difficultés il vient à ton aide. Vraiment je suis contente de lui.

Hamed Ouédraogo monteur:

« Missa hebié est un homme très méticuleux »

Quand Yaya Sourabié le producteur de Missa Hébie m’a annoncé la nouvelle j’ai pas cru à mes oreilles , j’ai pensé à une plaisanterie. Mais le sérieux dans sa voix m’a convaincu de la gravité de la situation. Mes rapports de travail avec monsieur Hébie étaient au beau fixe. L’homme était un mordu du boulot, c’est un grand travailleur tout le temps il est sur son ordinateur en train de travailler. Quand il n’est pas dans son bureau il est dans la salle de montage avec moi. Pour quelqu’un de son âge il peut rester en salle de montage pour revoir un certain nombre de choses jusqu’à 3h 4h du matin. C’était un homme très méticuleux, très regardant sur les moindres détails. Il veut que ses collaborateurs soient efficaces et qu’ils aillent vite. Figurez-vous que j’ai fait une saison de « Commissariat de Tampy » ou il m’a demandé 26 minutes pile poil pour chaque épisode. Ce n’est pas donné à n’importe qui de faire ça. Je suis monteur mais c’est lui qui me guidait toujours. Quand une proposition ne le convient pas il ne le valide pas, il te dit directement sans détour. J’ai monté tous ses films depuis 2006 sauf le dernier en tournage auquel je ne participe pas au montage

Rassiatou stella Ouédraogo Aicha dans le film « Stop corruption:

 « C’est le seul réalisateur qui collabore plus avec les enfants »

Avec Tonton Hébie on se sentait vraiment à l’aise. Même après le tournage du film « Stop corruption » il nous a adopté, pour moi c’était comme un papa parce que je savais que je pouvais me confier à lui. A n’importe quelle heure je pouvais l’appeler. Il n’est pas comme les grandes stars qu’on ne peut pas approcher. Au décès de mon papa il était-là, le jour même du lancement du film « Stop corruption » il a rendu hommage à mon papa. A l’annonce de la nouvelle de sa mort je n’y croyais pas. Je garde de bons souvenirs de lui. C’est grâce à lui que j’ai fait un pas dans le cinéma. C’est le seul réalisateur qui collabore plus avec les enfants. Que son âme repose en paix.

Issa Ouédraogo Artiste comédien acteur principal dans « l’Ami fidèle »: 

« Tout est allé très vite, je ne savais pas qu’un être humain peut partir d’une minute à l’autre »

On était ensemble toute  la matinée et une partie de l’après midi le jour de son décès. Il était jovial, le travail allait vraiment bien parce qu’il était motivé. On n’a fait toutes les séquences dans la soirée. Je suis même allé amener mon fils qui était avec lui trente minutes avant son malaise. Son décès a été brusque, jusqu’à présent nous avons du mal à croire , on est tous choqué. Tout est allé très vite. C’est incroyable comme on le dit. Je ne savais pas qu’un être humain peut partir d’une minute à l’autre. Je garde un très bon souvenir de l’homme. C’est quelqu’un qui est respectueux de l’être humain, qui aime son travail, qui sait ce qu’il veut., il sait t’amener ou il veut. Il aimait beaucoup les enfants. Il dit toujours ce qu’il pense et après c’est fini.

Propos recueillis par Sougrinoma Ismaël GANSORE

Share With:
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR