Afriyelba
A la Une Société

Patrimoine mondial de l’UNESCO : Le Burkina sur la bonne voie pour inscrire un troisième site.


  Le comité d’organisation de la quatrième réunion des experts africains du Groupe 5A de l’UNESCO a tenu une conférence de presse ce 5 juin 2019 à Ouagadougou. Objectif, donner l’information sur leur participation à la 43ème session du Comité du patrimoine mondial à Bakou en Azerbaîdjan en juillet 2019 pour la défense notamment du dossier d’inscription d’une série de sites de la métallurgie ancienne du fer.

Après les Ruines de Ruines de Loropéni inscrites en juillet 2009 à Séville  et le Complexe des parcs W inscrit à Cracovie en 2017, le Burkina Faso s’apprête à inscrire un autre site au patrimoine culturel mondial. « Il s’agit de la des sites de métallurgie anciennes de réduction du fer dans les espaces boose et bwi. Pour le principal animateur de cette conférence, Dr Lassina Simporé, SG du ministère de la culture des arts et du tourisme(MCAT) et gestionnaire du Patrimoine Culturel Immobilier, il était important de fournir à la presse, un certain nombre d’informations sur le dossier de candidature du Burkina Faso pour l’inscription d’une série de sites de la métallurgie ancienne du fer sur la liste du patrimoine mondial. Le dossier sera défendu lors de la 43ème session du Comité du patrimoine mondial qui se tiendra du 30 juin au 10 juillet prochain à Bakou en Azerbaidjan. Il a par ailleurs fait cas du rôle de notre pays au sein du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Burkina Faso compte plusieurs sites culturels sur presque l’ensemble de son territoire. Si parmi ces sites le Parc W et les Ruines de Loropéni font la fierté du patrimoine culturel burkinabé et même africain parce qu’ayant été classés Patrimoine mondial de l’UNESCO, d’autres sites restent potentiellement éligibles aux vues des critères de sélection.

Le Dr Lassina Simpora a expliqué aux journalistes que le dossier du 3e site est en bonne voie pour être inscrite patrimoine mondial

C’est d’ailleurs la bataille qui est menée actuellement par Lassina Simporé et son équipe pour l’inscription d’un troisième site en rapport avec « la métallurgie ancienne du fer ». selon lui, l’inscription de ce dossier, s’il venait à aboutir, portera non seulement à trois le nombre de biens burkinabés qui figurent sur la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, mais augmentera aussi le nombre de biens africains déjà inscrits qui, jusque là, restent très sous-représentés . En plus de cela, a-t-il ajouté, cette inscription sera un label de prestige, ce qui favorisera davantage le tourisme culturel.

      Optimiste au regard des chances de réussites que présente le dossier, notamment la qualité des études réalisées sur les sites de métallurgie du fer et les interactions avec les plus grands métallurgistes au monde sur la question, Lassina Simporé a confié qu’en principe « on devra y arriver ».

                                                                                                                    Cheick-oumar  Ouédraogo, stagiaire


Articles similaires

1RE EDITION DU SICOD : Une initiative de l’IJACOD pour une communication « saine » sur le Burkina

Afriyelba

SANTE : La Miss universités sauve des vies

Afriyelba

LE SG DU MCAT A LA PROMOTRICE DU WOMAAF : « Vous êtes un exemple pour nous »

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR