Afriyelba
A la Une Société

Burkina: L’association Song Taab Yalgré récompensée par François Hollande


L’Association burkinabè Song taab Yalgré a, à travers son projet, Pag la Bangré (La femme, c’est le savoir), fait partie des 5 associations lauréates au niveau africain à remporter le prix international Femmes Entreprenariat Numérique  de la fondation la France s’engage. Quelques mois après avoir reçu le prix des mains de l’ancien président français François Hollande,  la responsable aux affaires économiques et sociales de l’association Madame Nadia née Sonia Naré est passée s’entretenir avec nous à notre siège. 

AFRIYELBA: Votre association a été lauréate du prix « Femme et entrepreneuriat numérique » de l’association « La France s’engage ». Racontez-nous un peu l’histoire.

Nadia/Sonia Naré: Avant de répondre à votre question, permettez moi de remercier le site Afriyelba pour l’opportunité qu’il nous offre de nous exprimer dans ses colonnes . Nous avons en effet vu un appel sur le net où toute association œuvrant pour la femme et le numérique existant et avec déjà un chiffre d’affaire pouvait postuler.  Notre projet il faut le signaler, a pour objectif de promouvoir une gestion professionnelle des exploitations agricoles des femmes en milieu rural. Après l’appel, nous avons été dans un  premier temps contacté par l’ambassade de France pour un entretien (une présélection je crois). Et c’est après cet entretien que nous avons reçu un mail mentionnant qu’on était parmi les cinq (05) meilleurs projets sélectionnés pour le prix international parmi mille autres projets inscrits au départ.

Parlez-nous un peu du projet « Pag la bangré ». Qu’est-ce que vous développez ?

L’association « Pag la bangré » est un réseau de groupements de femmes qui existe depuis 1998. Nous produisons, transformons et commercialisons des produits agricoles et forestiers. Notre particularité c’est que les produits sont pour la plupart certifiés bio. C’est à cet effet que l’association au départ a vu le jour pour pallier les  problèmes que nous rencontrons pour la certification de nos produits.

A quel moment intervient le numérique en ce moment ?

Le numérique intervient en premier lieu pour la cartographie des parcelles et nous utilisons un logiciel pour la centralisation des données et le recensement des femmes.

L’objectif est d’aider les femmes à avoir des parcelles en leur noms pour mieux profiter de leur travail.

Vous  avez donc été conviés  en France pour la remise du prix ?

Oui oui, nous avons été conviés du 14 au 21 avril dernier en France. Nous avons  rencontré et discuté avec  des partenaires avant la cérémonie de remise des récompenses qui s’est tenue la soirée du 19 avril en présence de François Hollande ancien président de la France. Nous avons  profité également pour assister à la cérémonie de remise des prix des startups, organisée par Total où une Burkinabé était lauréate.

Qu’avez-vous reçu exactement comme prix?

Madame Nadia Sonia/Naré passé au siège de Afriyelba expliquer comment son association a été retenue parmi les meilleures en Afrique 

Nous avons reçu la somme de 20 000 Euros comme contribution pour la mise en œuvre du projet. Nous avons  reçu la moitié en juin après la signature d’un contrat déterminant les attentes de chaque partie. Et c’est à l’issu d’une évaluation que nous aurons la deuxième partie. Parallèlement, nous aurons des formations à Paris ou dans d’autres régions en France afin d’apporter un plus dans nos activités, à notre structure.

Vous avez reçu le prix de part de François Hollande ! Qu’est-ce que cela vous a fait.

Ce fut une immense joie pour nous. Nous n’avons  jamais rencontré un président burkinabé donc imaginez un peu notre joie et aussi notre  stupéfaction de recevoir un prix des mains d’un ex président français. Nous avons vraiment été honorés de cette distinction. Nous avons profité de cette occasion pour présenter notre association et nos projets au président et aux invités qui étaient à la cérémonie.

Que vous a dit François Hollande ?

Il a parlé un peu de  la situation difficile que notre pays rencontre (ndlr le attaques terroristes). Une situation qu’il dit déploré énormément. Il a, par la suite, tenu à s’imprégner de l’actualité au niveau de l’association et nous a souhaité bon vent pour la suite.

Que fait exactement votre association « Song taab yalgré » ? quelles sont vos réalisations ?

Nous faisons du beurre de karité, des produits cosmétiques, des savons, de la pommade et nous développons des nouveaux produits avec l’huile de morenga, de balanites et de baobab, la confiture de karité. Nous faisons aussi du soumbala et de la patte d’arachide entre autres. Nous essayons de transformer pour ajouter de la valeur ajoutée avant de commercialiser.

Où êtes-vous situés ?

Le siège de l’association se trouve à Gounghin mais l’unité de production se trouve à Rimkièta à 10 km de Ouagadougou.

Qu’en est-il de vos différents démembrements ou groupements ?

Nous en avons un à Ouagadougou et six autres à Boussé, Siglé, Saponé, Gampèla, Boulsa, Kombissiri ; donc un total de sept (07).

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

C’est déjà la difficulté financière. Bien que nous ayons reçu 20 000 Euros nous sommes toujours dans des difficultés financière au regard de nos défis qui sont grands. Et avec les groupements c’est encore plus difficile de les fidéliser. La certification bio et l’équitable tournent autour de Trois millions par village alors que les garanties au niveau des banques sont quasi impossibles à satisfaire à la demande de prêts. Il faut noter qu’au tout début, la coordonnatrice disposait de garanties fiables et n’hésitait pas à mettre ses fonds propres dans les activités de l’association. Mais malheureusement, elle nous a quitté en Septembre 2017 et c’est devenu plus compliqué avec la nouvelle équipe moins nantie et avec moins de relations.

Une seconde difficulté concerne les emballages. Nous avons réussi à nous approvisionner au niveau du Canada. Nous recherchons également d’autres partenaires pour couvrir tous les autres villages.

Une autre difficulté, c’est l’accès aux marchés internationaux. Nous avons certes des partenaires fidèles, mais c’est  toujours insuffisant. Nous comptons par ailleurs percer le marché américain mais ça y est toujours en perspective.

Avez-vous de la ressource humaine compétente, bien formée ?

Nous sommes constamment dans un processus de formation. Cependant, il faut noter que la compétence y est en ce qui concerne la production et la transformation. Cela dit, nous allons bientôt lancer un recrutement pour combler notre effectif en nombre et bien entendu en qualité. Pour terminer nous tenons à remercier l’association « la France s’engage », Fatou Traoré de Afreecom et encore  Afriyelba d’avoir accepté de nous présenter au reste du monde.

Propos recueillis par Christian Konkobo.


Articles similaires

AIRTEL TRACE MUSIC STARS: après Majunga voici Tiwamyenji

Afriyelba

SLAM: OMBR BLANCH A REMPORTE LE TROPHEE LE PLUS CONVOITE AU MONDE

Afriyelba

AIRTEL HOLIDAY: Biberon et Rina élus meilleurs danseurs du Burkina Faso

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR