Recent Posts
a
17 August 2019

FESPAT: Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître

Partager
  • 66
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    66
    Partages

FESPAT, entendez par là, Festival de la pâtisserie est un évènement pensé et promu par des jeunes étudiants. Issus de la faculté de droit, d’économie ou encore de la communication marketing… ils ont tous un point commun : l’esprit entrepreneurial doublé d’une bonne dose de motivation. Toute chose qui a valu, non sans difficultés, à la matérialisation, les 27 et 28 juillet derniers, de la toute 1re édition de leur festival. L’évènement a eu lieu, à Ouagadougou, dans l’espace de Faso Parc, jouxtant le parc urbain Bangrwéogo. Au regard de la forte mobilisation, le moins que l’on puisse dire est que pour un coup d’essai ce fut un coup de maître

Entre le goût pour l’entreprenariat et la réalisation effective d’un projet que l’on tient à cœur, le chemin est souvent long. Réussir à mettre en œuvre un projet muri et le conduire au succès relève de l’exploit. Pourtant, c’est ce qu’ont réussi à faire, Dovi Roumaba et ses amis. Réunis au sein de l’Association des jeunes œuvrant pour la promotion de l’entreprenariat de la jeunesse(AJOPEJ), ils sont des étudiants évoluant dans des domaines de formation différents qui ont mis à profit les vacances pour organiser la toute première édition du Festival de la pâtisserie (FESPAT). Un projet qu’ils avaient en cœur et qui, leur motivation aidant, a pu voir le jour.

Dovi Rouamba s’est dit très satisfaite du bon déroulement de la première édition. Elle pense déjà à la 2e qu’elle promet plus grandiose

FESPAT, selon les organisateurs, regroupe l’ensemble des acteurs du domaine de la pâtisserie. Ainsi, sur le site qui a abrité l’évènement, du 27 au 28 juillet dernier, ils étaient des dizaines, les pâtissiers amateurs et professionnels à démontrer leur savoir-faire. En témoigne la diversité de saveurs des gâteaux proposés aux nombreux festivaliers composés de toutes les couches d’âges et socioprofessionnelles du pays. C’est d’ailleurs le pari qu’a voulu relever l’AJOPEJ. C’est-à-dire, explorer la pâtisserie dans toute sa diversité et la rendre accessible à tous.

Mais, pourquoi une telle initiative ? A cette question, Dovi Rouamba, étudiante en première année de droit répondra que : « Au Burkina Faso, le domaine de la pâtisserie est marginalisé et n’est pas assez célébré. La conception que les uns et les autres ont de la pâtisserie c’est qu’elle est juste pour les personnes aisées. Du coup, ils sont nombreux ceux qui ne s’y intéressent que lors des célébrations de mariages ou de baptêmes ». Si elle et ses amis ont donc entrepris de tenir cette activité, c’est donc pour montrer à la population qu’avec peu de moyens on peut avoir de bons gâteaux.

De la pâtisserie, les festivaliers en eu plein de diverses qualité

Est de l’avis des promoteurs du FESPAT, Carine Ouédraogo Alexandra, promotrice de la marque de pâtisserie, « Les desserts d’Alexandra ». Elle,  c’est son amour pour la pâtisserie qui l’a amené à s’y investir en tant que promotrice d’une marque. Elle voit donc le FESPAT comme une aubaine pour mieux se positionner mais aussi participer à sensibiliser sur l’accessibilité des produits. « Je le fais en adaptant mes prix afin de faire en sorte que chacun puisse trouver son compte », a-t-elle indiqué. Une stratégie plutôt payante au regard de l’engouement des enfants, des jeunes et même des personnes âgées dans son stand pour se procurer les bons petits gâteaux.

Carine Ouédraogo Alexandra, promotrice de la marque de pâtisserie, « Les desserts d’Alexandra » a salué l’initiative des jeunes étudiants qui leur offre un cadre de promotion

Les autres stands également n’ont pas chômé lors des 48 heures qu’a duré le festival. « Le message semble passé car déjà, pour cette première édition, nous avons eu de l’engouement et on peut dire que c’est une réussite », a manifesté, Dovi Rouamba. A cela, il faut ajouter les prestations musicales et les airs de jeux mis à la disposition des festivaliers pour leur faire passer de bons moments, nous a confié également l’étudiante. Satisfaite donc, elle songe déjà à une deuxième édition plus prometteuse.

Adama SIGUE


Partager
  • 66
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    66
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR