Afriyelba
A la Une Musique

LES ARTISTES BURKINABE SONT-ILS DES POÈTES ?


Sans doute à cause de son pouvoir émotionnel intense et aussi parce qu’elle est une musique de mots, la poésie implique souvent le chant qui peut être considéré comme son complément naturel. Et puis, c’est un vivier de sensations fortes, où les musiciens peuvent venir puiser éternellement. Présente comme on vient de le voir dès les premières associations entre la littérature et les genres musicaux classiques, elle est aussi omniprésente dans les principaux courants des musiques d’aujourd’hui.

Dans la chanson, et particulièrement la chanson française, elle occupe une position patrimoniale. Baudelaire, Rimbaud et Verlaine, et plus tard Jacques Prévert et Louis Aragon ont inspiré nombre de chanteurs. Et parmi ceux chez ces derniers qui ont chanté les poètes, on relève les noms de Léo Ferré, Yves Montand, Les Frères Jacques, Jean Ferrat, Serge Gainsbourg, Catherine Sauvage…

Avec des textes imagés, la poésie est présente dans la musique burkinabè. Certains artistes se caractérisent par leur style d’écriture respectant les règles de la poésie classique française. Se sont-ils inspirés des chanteurs comme Georges Brassens, Jacques Brel ou François Béranger, qui ont chacun forgé leur propre style et sont immédiatement reconnaissables, à leur voix mais aussi à la lecture de leurs textes. Ou encore de Bob Dylan qui a fait “exploser” son écriture, à peu près au même moment où son néo-folk devient électrique, au milieu des années soixante ?

Quelques artistes peuvent illustrer fort bien ce qui précède. Le chanteur de reggae Zedess ( actuel DG du CENASA) est un poète artiste. La quasi-totalité de ses textes sont bien élaborés et mettent en relief son attachement à la forme, musicalité… Sa chanson(Un Hongrois chez les Gaulois) de désapprobation de la politique de l’immigration du Président français Nicolas Sarkozy repose essentiellement sur des procédés littéraires, ce qui le rattaché d’ailleurs à sa tradition rhétorique. Voici par exemple une strophe dudit morceau :

Monsieur Nicolas Sarkozy
Pourquoi ton père a fui la Hongrie ?
Il s’appelle Nicolas Sarkozy
Il a inventé l’immigration choisie
C’est l’histoire d’un fils d’un Hongrois
Qui veut se faire couronner chez les Gaulois

 

Des rimes plates, de la métaphore, des tournures ironiques en passant par les jeux de mots, le reggaeman fustige la politique du candidat à la présidentielle française de 2007.

Dans la chanson « J’étais au procès », Black So Man dénonce la délinquance juvénile, conséquence de la mal gouvernance et l’incapacité des dirigeants africains à assouvir les besoins des populations, notamment les jeunes. Cette chanson est un dialogue entre un accusé et le président du tribunal au cours d’un procès. Le narrateur est l’artiste, l’accusé représente les jeunes sans emploi et le Président du Tribunal les pouvoirs publics. Métaphores, euphémismes, litotes… remplissent son discours, une réserve qui est propre à l’enfant sahélien. Voici un extrait du morceau :

(…)Je vous remercie. Je vous remercie Monsieur le Président de l’occasion que vous m’offrez de parler au nom de toutes les victimes du dérapage éducatif et de la vraie crise politicienne. Combien sont no frères et sœurs qui, dès le bas âge, sont mis dans les rues par leurs parents, soit disant qu’ils sont grands, qu’ils peuvent maintenant se débrouiller. C’est pourquoi vous verrez Monsieur le Président les adolescents pratiquer le plus vieux métier du monde au grand plaisir du Syndrome Immuno Déficience Acquis(…).

L’artiste Floby s’interroge et interroge son auditeur, son public à travers des questionnements contenus dans les phrases interrogatives. En dénonçant les guerres en Afrique, l’artiste emploie une démarche stylistique. Pléonasme, euphémisme, métaphore, reprises anaphoriques sont entre autres les procédés littéraires utilisés dans le morceau:

Pourquoi nos murs sont marqués de Sang?
Pourquoi grand-père n’est plus là ?
Pour nous conter l’histoire du trésor
L’autre côté du bout du monde
Les mêmes enfants du même Dieu s’entretuent
L’autre bout du monde
Les mêmes enfants du même Dieu se massacrent oh oh oh oh
Pourquoi le Bété haie le Mossi?
Pourquoi le Hutu a peur du Tutsi ?
L’amour du prochain n’est plus une vertu?
Parce que le démon a pris le dessus

Des poètes dans la musique Burkinabè, il en existe en grand nombre aussi bien les artistes traditionnels que les artistes de la chanson moderne: Georges Ouedraogo, Maurice Simporé, Jean Claude Bamogo, Smarty, Floby Belemgnegre, Mali kan la Slameuse, Ombr Blanch Perso, etc.

Youssef Ouedraogo

 


Articles similaires

SOS VILLAGE D’ENFANTS : Canal+ Burkina met du baume aux cœurs des enfants démunis

Afriyelba

Kim Kardashian a passé les fêtes de fin d’année aux urgences

Afriyelba

Football : Les étalons U20 à un pas du sacre au tournoi UFAO

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR