29 May 2020

Ministère du commerce : Lancement du contrôle spécial ramadan

Partager
  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    22
    Partages

Le ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna Kaboré a lancé l’opération de contrôle ramadan le jeudi 23 avril 2020 à Ouagadougou. Cette action qui sera menée par la brigade mobile de contrôle économique et de la répression des fraudes s’inscrit dans le cadre de la réglementation des prix des produits de grandes consommation en cette période de jeune où la demande s’accroit. Cette opération du contrôle spécial ramadan a été initiée par le ministère en charge du commerce à travers la brigade mobile de contrôle économique et de la répression des fraudes, la direction générale de la réglementation et du contrôle des prix et l’agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité.

Le ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat est sur le terrain depuis quelques temps, pour veiller au respect de la qualité et des prix des produits de grande consommation tels que le riz, le sucre, l’huile, etc. Il compte lutter contre les pratiques frauduleuses à travers une opération de contrôle dénommée, « contrôle spécial ramadan ».

Les prix des produits de consommation courante…

Selon le ministre Harouna Kaboré, le contrôle spécial ramadan a pour objectif d’empêcher les commerçants malhonnêtes de profiter de cette période de pénitence, pendant laquelle la demande est forte, pour augmenter les prix des denrées alimentaires ou d’écouler des produits de mauvaise qualité. Après le lancement de cette opération, les contrôleurs se sont rendus dans différents grands magasins de stockages, et dans des alimentations, pour vérifier la qualité des produits stockés et s’assurer du respect des marges réglementaires avec des grossistes et des détaillants.

Ouédraogo Seydou, comptable de la société SICOM Burkina, l’un des grossistes ayant reçu la visite de l’équipe de contrôle a indiqué que la société commercialise des produits de grande consommation tels que le riz, le sucre, les pâtes alimentaires, etc. Il a spécifié que depuis une année environ, il n’y a pas d’accroissement des prix des produits car cela est réglementé par le ministère du commerce. Il a pris l’exemple du riz de marque « Super » qui coûte environ 309 000F la tonne avec une marge d’environ 7000.  Il loue cette initiative du ministère commerce qui pour lui est un moyen d’assainir le marché et d’éviter le désordre. « Le contrôle est nécessaire car, il évite que les commerçants importent de mauvais produits qui pourraient nuire à la santé des burkinabé. » a-t-il expliqué.

…seront contrôlés pour s’assurer de leur légalité

Le ministre Harouna Kaboré a invité les importateurs, les grossistes et les détaillants au respect strict des marges et des prix fixés par la réglementation économique en vigueur afin de permettre l’accessibilité des produits à la population. Il a exhorté par ailleurs les consommateurs à dénoncer tout cas de pratique illicite au numéros verts qui sont : 80 00 11 84/ 80 00 11 85 / 80 00 11 86.

Eunice NIKIEMA


Partager
  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    22
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR