Afriyelba
A la Une Société

PATRIMOINE CULTUREL BURKINABE et MONDIAL  : Des experts de la question éclairent les Hommes de média.


Le lundi 3 juin 2019, dans la salle de réunion du Ministère de l’Enseignement Secondaire, de la Recherche Scientifique et de l’innovation(MESRSI), s’est tenu un panel animé par Vincent Sedego  Historien-chercheur, DG du Patrimoine Culturel Burkinabé et par ailleurs  représentant du Burkina Faso au Comité du Patrimoine Mondial. Il avait à ses côtés  Lassina Simporé, archéologue, gestionnaire du Patrimoine Culturel Immobilier et SG du ministère de la culture des arts et du tourisme (MCAT)  pour parler de la formation et la nécessité de l’implication active des journalistes sur la question du patrimoine culturel burkinabé et mondial.

Génèse de la notion de patrimoine culturel, protection et promotion du patrimoine culturel, panorama du patrimoine culturel au Burkina Faso,Comment inscrire un bien sur la liste du patrimoine culturel mondial, Que signifie -t-il pour un bien d’être inscrit au patrimoine culturel? Ce sont là entre autres les modules qui ont été enseignés aux journalistes burkinabè sur le patrimoine culturel. Conscients que le renforcement des capacités et l’éducation du public doivent être particulièrement ciblés dans les programmes de gestion du patrimoine, ces journalistes ont été outillés par Lassina Simporé et Vincent Sedego

Il s’est agi, de façon spécifique, pour les deux hommes de faire le point de l’état du patrimoine culturel national, de revenir sur les acquis dont les Ruines de Loropéni et le Parc W et également les objectifs à atteindre avec d’autres sites potentiellement éligibles. Les participants ont du même coup été sensibilisés sur les étapes d’inscription et les critères d’éligibilité d’un bien au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 Toutefois, les formateurs  n’ont pas manqué de souligner les problèmes que connait le secteur, notamment sur le plan financier. Des problèmes qui s’expliquent par l’inexistence ou l’insuffisance de fonds mis à leur disposition pour la recherche, la gestion et la protection du patrimoine culturel national. Ils ont aussi déploré la non implication des acteurs culturels pour la valorisation des sites culturels et aussi le manque d’intérêt pour ces sites, du public burkinabé dans son ensemble. Pour ce dernier, volet, ils ont particulièrement sollicité le concours des journalistes afin d’accompagner la gestion des patrimoines mais aussi de travailler à sensibiliser les populations et susciter en eux, un intérêt pour les différents sites et partant, la culture burkinabè.

Dans leurs interventions, les Hommes de médias ont, bien entendu, posé des questions d’éclaircissement, mais également salué l’initiative du ministère. Pour finir, ils ont indiqué prendre toute la mesure de la question et marqué leur adhésion pour peu que, les autorités, pour leur part, soutienne également leurs actions.

Cheick-oumar Ouédraogo (stagiaire).


Articles similaires

Fitini Show zone de Ouaga: les finalistes nationaux sont connus

Afriyelba

Vous pouvez désormais fêter vos évènements avec N’Ice Cream

Afriyelba

Lionel Messi: sa mère le critique durement après son 6e ballon d’Or

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR