Afriyelba
A la Une Musique

The Dream de Tanya ou le triomphe de l’expertise locale.


Le concert de Tanya est sans conteste l’évènement culturel de l’année 2022. Après seulement 4 ans de carrière et un album, elle a l’audace de défier la stade municipal Issoufou Joseph Conombo de Ouagadougou. Un pari risqué qui a laissé sceptique beaucoup jusqu’au soir du 12 novembre, date de l’évènement. La jeune artiste qui a affirmé lors de la conférence de presse du concert qu’elle rêve de voir les artistes burkinabè remplir de grands stades comme le font d’autres artistes sous d’autres cieux sort satisfaite de ce challenge improbable. A côté du contenu du concert, il est important de revenir sur les contours d’un tel évènement qui devient une référence dans le secteur du spectacle du Burkina. 

Tanya a réalisé son rêve !

Pour commencer, il faut noter que la personnalité de l’artiste a favorisé la réalisation du projet. Tanya est le genre d’artiste dont la personnalité fait l’unanimité. Aussi bien dans le milieu culturel qu’aux yeux des mélomanes, elle a été adoptée et aimé sans condition. Toujours souriante et accessible, elle répond toujours présente pour soutenir ses collègues ou pour satisfaire ses nombreux fans en quêtes de photos ou de conversation. En quatre ans de carrière rien n’a filtré de la vie privée de l’artiste qui n’est mêlée à aucun bad buzz. Et quand elle a fait l’objet de nombreux critiques après sa prestation lors de la cérémonie d’ouverture du dernier FESPACO, elle a pris les choses avec beaucoup d’humilité et a juste promis travailler pour s’améliorer. Son projet a donc reçu le soutien des acteurs majeurs de la culture burkinabè.

A côté de la personnalité de Tanya qui a beaucoup joué sur la mobilisation pour son spectacle, il y’a l’équipe qui a travaillé pour la réalisation du projet. Takoun productions a fait confiance à cette nouvelle génération d’acteurs qui sait combiner anciennes et nouvelles méthodes de communication. Proches des jeunes et maîtrisant la communication digitale, l’équipe n’a pas eu du mal à mobiliser les plus jeunes. Il faut noter également le travail remarquable de l’équipe qui est allé au contact du public. Avec leurs djembés, ils étaient présents à tous les évènements sportifs et culturels pour parler du concert.

Le public présent au concert de Tanya était impressionnant.

Mais pour que tout ce travail soit possible il a fallu que la maison de production croit en l’artiste et accepte mettre les moyens pour réaliser ce projet très osé. Tout à commencé par la réalisation de l’album qui a mobilisé de grands moyens et impliquée les meilleurs acteurs d’ici et d’ailleurs. Ensuite l’annonce du concert a été faite en grande pompe et toute suite les grands moyens ont été déployés pour la communication. Et quand on voit la logistique déployée le jour du concert, on est tenté de se poser une question. Qui a eu l’audace de faire un tel investissement ?

Madame Toé est la responsable de Takoun productions. Elle est très discrète et peu de gens peuvent mettre un visage derrière le nom de celle qui aux côtés de son artiste est rentré dans l’histoire de l’industrie musicale du Burkina. Au delà des moyens colossaux qu’elle investit dans la musique, elle a su se faire entourer. Ce concert réussi est le résultat du travail de plusieurs acteurs du showbiz burkinabè qui au paravent avaient déjà fait leurs preuves. Ceci est la preuve que mettre les personnes qu’il faut à la place qu’il faut est une condition obligatoire pour réussir de grands projets. Ce concert nous apprend également que l’industrie de la musique burkinabè a besoin de gros investissements, car le talent abonde dans tous les maillons. Un tel évènement devrait à l’avenir mobiliser suffisamment de partenaires pour permettre a organisateurs de rentabiliser. Et même si la note financière est salée, le benefice se trouve ailleurs et se ressentira plus tard.

Une fois de plus bravo à Takoun productions d’avoir fait vivre ce beau rêve à tout un peuple. Le chemin de la professionnalisation de la musique burkinabè est tracé et s’élargit chaque jour pour le bonheur de ses acteurs.

Par Wend Kouni


Articles similaires

SIAO 2018 : Des exposants déplorent que les frites, poulets prennent le dessus sur l’art

Afriyelba

Sidiki Diabaté: « Mon défi c’est d’emmener la musique africaine dans les autres continents »

Afriyelba

Ouverture du Massa 2016: Sous le signe de la relance

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR