Afriyelba
Société

Commerce des T-shirts : Tout le monde s’y met


T-shirt4C’est comme une sorte de schizophrénie qui envahie le secteur de la musique notamment les acteurs du showbiz.

Le mimétisme aveugle continu à enregistrer de nombreux fidèles dans son cercle très élargi des adhérents.  Après la mode des maquis appartenant aux artistes, place à cette prolifération des T-shirts dans ce milieu. Artistes, managers, producteurs…tous ce sont lancés dans ce secteur commercial qui s’avère lucratif.

Pour apporter une réponse à ce constat, certains concernés affirment sans faux fuyant, qu’ils exercent cette activité, parce que la crise du disque est irrémédiable. En somme, personne n’attache le moindre intérêt à la chose musicale, c’est l’argent ou l’appât du gain qui intéresse nos acteurs culturels peu importe la méthode, peu importe l’activité.

Pourtant, les gadgets venaient juste sous forme d’appui dans la communication et la promotion des œuvres discographiques. C’est la K7 et le CD qui étaient mis en relief et les T-shirts se greffaient sur ses supports. Maintenant c’est le contraire. C’est au staff managérial qu’incombait cette tâche.

 T-shirt3

Les objets publicitaires sont, sans conteste, l’un des plus anciens moyens de communication.  Ça reste un outil efficace pour toute communication d’entreprise. Il n’est pas rare que nous ayons tous un souvenir lié à des objets publicitaires et aux marques qui y sont associées : le bol sur la table du petit déjeuner, l’autocollant sur le réfrigérateur, le stylo dans notre sac ou notre trousse, le tee-shirt de notre artiste préféré, le sticker que nous collons sur notre cahier ou sur notre voiture, etc.

Toutes les actions de visibilité étaient toujours élaborées autour de l’artiste. Les T-shirts ou autres gadgets des artistes étaient offerts gratuitement aux fans et mélomanes. Aujourd’hui, c’est la commercialisation des T-shirts à slogan  patriotique qui a pris le dessus.

 T-shirt

On en dénombre rien qu’à Ouagadougou, 16 gammes de T-shirts à slogan conçus par les managers, les artistes, les producteurs. Ce sont des vêtements qui, pour la plupart distillent des slogans nationalistes qui font fureurs en ce moment. Tous veulent confectionner leur propre T-shirt. «226 », Kalsa K», «Burkindi», «Ya ya Boiin », «Terre de la prochaine migration», «Talaba », «DEZ, le prince national», «Ouaga +Doux», «Fier Burkinabè»…

«Je gagne 4 fois plus en vendant un T-shirt en lieu et place du CD» affirme un manager.  C’est la raison qui a prévalu pour bon nombre d’acteurs culturels. Juste avec une promotion dans les réseaux sociaux ponctuée par les images des personnalités célèbres arborant ce T-shirt, et le tour est joué. Ils coutent entre 10 000 et 17 000 FCFA contrairement au CD d’un artiste qui varie de 2500 à 3500 FCFA. C’est tout de même assez paradoxal qu’un manager d’un artiste, au lieu de promouvoir l’œuvre discographique de l’artiste préfère fabriquer des T-shirts et commercialiser. C’est également dommage, qu’un artiste préfère vendre ses T-shirts au lieu de fabriquer et de dupliquer ses CD. Quant aux messages ou slogans qui sont inscrits sur ces T-shirts, ils sont sensiblement identiques. Les messages riment autour du patriotisme, nationalisme. «Burkindi», «Fier Burkinabè», «Ouaga + doux», «226» etc. Souhaitons qu’au-delà du message, nous le démontrons par nos actes.

Jabbar !

T-shirt2


Articles similaires

Nigeria : Bill Gates et cinq présidents invités au mariage de la fille d’Aliko Dangote

Afriyelba

Âgé de 14 ans, il touche 1,25 million de dollars comme salaire chez Google

Afriyelba

THEATRE FORUM: Dix troupes labellisées qualité

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR