Afriyelba
A la Une

Ciné droit libre: le film Cold Case Hammarskjöld de Mads Brügger était sur les écrans


La projection des films se poursuit à l’Institut français de Ouagadougou, dans le cadre du festival Ciné droit libre qui se tient du 7 au 14 décembre dans la capitale burkinabè. A cet effet, il a été donné de suivre le filme Cold Case Hammarskjöld de Mads Brügger qui évoque le crash « mystérieux » de l’avion du secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld, ce 10 décembre. La projection a été suivie d’un débat avec Goran Bjorkdahl, l’initiateur de la recherche du film, de l’ambassade de Suède.

Cold Case Hammarskjöld est un film qui traite des thématiques d’actualité. Dans le film il a été question d’aborder  le crash « mystérieux » de l’avion du secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld survenu en 1961. Hammarskjöld plaidait en faveur de l’indépendance du Congo, contre la volonté des sociétés minières européennes et d’autres entités puissantes. « Alors crash ou assassinat ? » S’interroge le film. Près de cinquante ans après, l’affaire n’a toujours pas été résolue. C’est pourquoi,  Mads Brügger, journaliste, cinéaste et provocateur mène une enquête pour faire la lumière sur cette affaire. Lors du débat, Goran Bjorkdahl, l’initiateur de la recherche du film, de l’ambassade de Suède a laissé entendre qu’il est difficile de trouver la procédure utilisée par les tueurs.

Monsieur Goran Bjorkdahl, répondant aux questions des …….

« Comme vous avez pu le constater, nous n’avons pas toutes les preuves nécessaires. C’est pourquoi il est difficile de trouver, surtout les techniques utilisées par ce smoking gang, comme on le dit ».  Pour Goran Bjorkdahl, les recherches  sur ce drame se poursuivent. « L’enquête n’est pas encore bouclée. Je ne pense pas. Il y avait une enquête menée par l’ONU par  un juge de la Tanzanie. Il a donné son rapport final au secrétaire générale de l’ONU. Là, il a conclu que c’est probable que l’avion ai été abattu. Ce qui veut dire qu’il a été assassiné. Mais en même temps, ce juge,  Mr OFFMAN, a recommandé qu’on poursuive les enquêtes. C’est pourquoi l’ONU continue de creuser plus profondément», a-t-il dit.  Pour Goran, il n’avait pas l’intention de faire un film. Mais il est inspiré quand son père lui a montré le « morceau de l’avion ».

……. des cinéphiles

 

« Je  n’avais aucune intention de faire un film. L’idée m’est venue quand mon père m’a montré un morceau de l’avion. Mais dans le film les conclusions disent que ce n’était pas un morceau de l’avion. Et cela n’est pas 100% sûr aussi. Le  laboratoire, aux Etats unis, qui a examiné ce morceau, a  dit qu’il n’a pas pu conclure effectivement à 100% que c’est un morceau de l’avion. Et jusque-là  on ne sait pas la vérité. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé mes recherches. Donc comme j’étais en Zambie en visite en 2007, je suis parti sur le lieu de l’incendie et j’ai commencé à poser des questions par  coïncidence  à un vieux monsieur qui était sur place.  Quelqu’un m’avait dit, à l’époque  que ce vieux-là a dit qu’il a vu l’avion », a retracé monsieur Goran. Dans ce film en compétition, il a aussi été question d’aborder des cliniques, en Afrique du Sud, créées pour transmettre le SIDA aux noirs. Monsieur Goran a qualifié cet acte « d’abominable ». Les cinéphiles qui ont trouvé la thématique abordée dans le film  semblable à l’affaire John Kennedy des Etats Unis, ont souhaité qu’un mécanisme soit mis en place pour sa diffusion partout au Burkina et ailleurs dans le monde.

Abatidan Casimir Nassara


Articles similaires

L’artiste gabonaise Shan’l arrive aujourd’hui 19 septembre à Ouaga

Afriyelba

Diam’s ruinée et bientôt de retour avec un album ? Elle répond aux rumeurs

Afriyelba

Chicago economic forum 2018 : La digitalisation des entreprises sera au centre des échanges

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR