Afriyelba
A la Une Musique

MUSIQUE BURKINABE: Vers l’adoption d’une stratégie pour une large diffusion


Le ministre en charge de la culture, Abdoul Karim Sango accompagné de son homologue en charge de la communication, Rémi Fulgence Dandjinou a ouvert ce 13 décembre 2018, à Ouagadougou, un atelier national de réflexion sur la diffusion et la promotion de la musique burkinabè. Un atelier qui a réuni plusieurs acteurs de la culture et des médias et qui vise à analyser entre autres, les facteurs qui handicapent l’émergence véritable de la musique burkinabè et à proposer des solutions pour qu’elle puisse rayonner tant au niveau national qu’au niveau international.

 

Analyser les facteurs handicapants tant internes qu’externes pour une production musicale de qualité ; identifier les forces, les opportunités de la production musicale du Burkina Faso ; identifier des axes stratégiques pour une production musicale de qualité ; proposer des actions des différents axes identifiés ; proposer un calendrier de mise en œuvre et proposer des recommandations et des conditions de réussite des actions. C’est là tout le travail qui attend l’ensemble des participants à l’atelier national de réflexion sur la promotion et la diffusion de la musique burkinabè.

Le premier responsable de la culture du Burkina, (milieu) a invité les participants à s’impliquer pleinement dans les travaux…….

Initié par le ministère en charge de la culture, cet atelier a pour but d’élaborer une feuille de route dont la mise en œuvre permettra le rayonnement de la musique burkinabè sur le plan national et au-delà de nos frontières. Le ministre en charge de la culture Abdou Karim Sango qui a ouvert les travaux qui dureront 48 heures a indiqué que le constat est que le potentiel et la qualité de la musique burkinabè sont  importants. « Mais paradoxalement, le sentiment qui se dégage est que cette musique est faiblement diffusée et distribuée. Hors, pour que les artistes continuent de créer et de vivre véritablement de leur art il faut que leur musique soit diffusée », a-t-il indiqué.

Nous avons souhaité cet atelier, a-t-il ajouté, afin que les principaux acteurs et le gouvernement conviennent de ce qui ne va pas et surtout de ce qu’il faut faire pour une meilleure diffusion de cette musique parce que cela participe au rayonnement culturel du Burkina. Sont présents également à cette rencontre, des acteurs culturels venus de la Côte d’Ivoire et du Mali. Ces derniers partagerons leurs expériences avec les Burkinabè cela, afin de trouver des solutions pérennes.

Quatre thématiques seront abordées au cours des 48 heures que vont durer l’atelier. Ce sont : « Diversité culturelle, identités musicales et développement de la filière musique au Burkina Faso » ; « Responsabilités sociales des médias, promotion de la culture et de la musique burkinabè » ; « Diffusion de la musique burkinabè et perspectives du droit d’auteur » et « Diffusion et promotion de la musique africaine sur les chaînes internationales : l’expérience de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Burkina Faso ». S’en suivront des travaux en caucus, en plénière et des échanges pour l’élaboration d’une feuille de route de promotion de la musique burkinabè.

Adama SIGUE


Articles similaires

Roland-Garros : Serena Williams déclare forfait en huitième de finale

Afriyelba

FESTIVAL FASO HIP HOP SAISON III : Les fruits ont tenu la promesse des fleurs

Afriyelba

BET: Le cadeau de fin d’année de CANAL + à ses abonnés

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR