Recent Posts
a
16 July 2018

Sabot D’or 2018: Le promoteur nous explique comment…..

La cinquième édition des trophées de distinction des meilleurs acteurs du football Burkinabè, le sabot d’or  se tiendra le 21 juillet prochain à Ouagadougou. A 1 mois  de l’évènement,  nous avons rencontré le promoteur, Issiaka Ilboudo, pour nous enquérir de l’état d’avancement des préparatifs. Sans complaisance il nous rappelle dans la présente interview les différentes catégories en jeu, revient sur le niveau de préparation de l’évènement, les difficultés qu’il rencontre et promet une soirée riche en couleurs en son et en lumière à ses invités. Lisez plutôt.

Afriyelba : A un mois des sabots d’or ou en êtes-vous avec les préparatifs.

Issiaka Ilboudo : Avant de répondre à votre question j’aimerais saisir l’occasion pour remercier le journal en ligne Afriyelba qui est l’un des premiers partenaires du sabot d’or depuis sa création. Les préparatifs avancent tout doucement. Vous savez qu’un tel évènement nécessite beaucoup de sacrifices. La situation n’est pas facile, mais je me prépare tout doucement avec mon équipe. Nous allons donc à notre rythme compte tenu qu’il y a certains éléments exogènes qui ne dépendent pas de nous. On se prépare sereinement, chaque année ça été toujours comme cela et Dieu merci on a toujours réussi malgré les difficultés à offrir quelque chose de potable. On espère que nonobstant les difficultés qu’on rencontre actuellement, nous pourrons rééditer les exploits des quatre éditions passées.

Rappelez-nous les différentes catégories en jeu

Il faut dire qu’il ya quand même beaucoup de catégories. Je ne pourrais pas tout rappeler parce que c’est assez long, mais je peux déjà vous donner une idée. Nous avons par exemple  la catégorie des meilleurs entraineurs de la saison, la catégorie de meilleur joueur de la saison, la catégorie de meilleur joueur étranger parce que nous avons pensé que le Burkina est un pays qui attire de plus en plus de joueurs étrangers. Nous avons fait un clin d’œil aussi à nos joueurs expatriés qui sont dans l’espace CEDEAO. Il y aura l’élection du meilleur joueur évoluant dans l’espace CEDEAO. De façon résumée il faut retenir que nous avons 7 à 10 catégories environs.

Comment se fera le choix des lauréats et que gagneront ils

Le choix des lauréats se fait de la même façon depuis la 1ere édition. On a un jury de journalistes? d’observateurs qui vont se réunir pour faire le travail de sélection. Il faut noter que ces personnes-là, sont des gens qui partent régulièrement dans les stades suivre  les matchs. Car  lorsque vous ne suivez pas le championnat il est difficile de venir dire ce que vous pensez des trois meilleurs joueurs de la saison par exemple. C’est ce jury  est chargé de faire le travail de fouille et nous sortir les différents nominés. Dieu merci jusqu’aujourd’hui nos choix ont toujours eu l’assentiment du public sportif.

Quelles sont les innovations apportées à la présente édition

Chaque année nous essayons d’apporter une innovation. Cette année nous avons voulu rendre hommage aux intermédiaires sportifs, encore appelés agents de joueur. Vous savez qu’ils jouent un rôle très important dans la carrière des joueurs, que ce soit en Europe vous allez voir que tous les joueurs qui évoluent sont sous la coupole d’un agent qui est en quelque sorte son coach hors des terrains, dans la vie active, qui l’aide à trouver des points de chute, qui le défend et lui donne de bons conseils. Au Burkina on a aussi des jeunes qui sont dans ce domaine, qui font leur bonhomme de chemin mais ils ne sont pas mis au-devant de la scène. Aujourd’hui pas mal de footballeurs Burkinabé arrivent à signer des contrats dans des clubs en Europe, grâce à l’intermédiaire de ces furies de foot qui exercent le métier d’agent de joueur.

Pour cela nous allons décerner un trophée du meilleur agent intermédiaire de l’année 2018, pour dire qu’ils sont un maillon essentiel de la promotion de notre football. L’autre innovation est que nous avons choisi cette année un thème assez évocateur. Le thème est  football et sécurité routière, parce que nous nous sommes rendu compte que le football est un facteur qui mobilise, un vecteur efficace de communication. Aujourd’hui la majorité des gens qui s’intéressent au football sont des jeunes, et la plupart de ces  jeunes se déplacent avec des engins à deux roues. Donc nous voulons profiter de ce sport qu’est le football pour faire passer le message du respect des règles de la circulation routière. Au-delà de ce thème nous avons développé un concept qui s’intitule « je suis un champion je respecte le code de la route ». Pour dire que quand on veut être un champion demain quand on veut préserver sa vie, et celle des autres, il faut respecter le minimum de règlements de la route. Après les sabots d’or nous utiliserons toujours ce concept tout au long de la saison sportive pendant les grands évènements sportifs pour continuer la sensibilisation.

Quel est l’intérêt d’un tel évènement pour le football Burkinabè.

L’intérêt  je ne vous dirai pas qu’il est exceptionnel mais vous pouvez déjà le mesurer. Aujourd’hui si Afriyelba qui se positionne  comme l’un des meilleurs sites sportif et culturel, nous donne la parole, c’est qu’à quelque part nous faisons du bon boulot. A l’époque on mettait l’accent sur les joueurs qui étaient déjà professionnels. C’est bien mais ceux qui sont au niveau  local qu’est ce qu’on fait pour eux, il n’y avait pas de visibilité en tant que tel. Nous on a saisi cette opportunité, pour dire qu’avant d’être professionnel on a besoin de partir de quelque part. Évoquons par exemple le cas de ceux qui sont joueurs du championnat national et qui ne seront pas un jour des professionnels qu’est-ce que l’histoire retiendra d’eux. Il ne faut pas se cacher la face tous ceux qui jouent dans notre championnat ne pourront pas tous être des professionnels demain.  Aujourd’hui nous sommes contents parce que d’autres personnes se sont inspirées de notre concept pour créer les leurs. Depuis que les sabots d’or ont été lancés on a tiré d’une manière ou d’un autre un regard vers notre championnat.

Quel impact ont ces distinctions sur les lauréats

L’impact il est énorme. On dit souvent qu’après la carrière d’un homme ce qui reste ce sont les distinctions. L’argent peut finir, mais les trophées qu’on reçoit c’est pour l’éternité. Ces distinctions que nous décernons sont un appel à mieux faire. Ceux qui ont été désignés sabot d’or mènent aujourd’hui une carrière assez intéressante, ils se sentent aujourd’hui ambassadeur du football Burkinabé. Vous constatez que tous les joueurs du Faso foot veulent figurer parmi les nomines et les lauréats du sabot d’or.

Quels sont les partenaires qui vous accompagnent cette année

Ce sont les partenaires habituels, il ya CANAL+ qui est notre partenaire officiel d’ailleurs notre trophée porte désormais le nom sabot d’or CANAL+. En plus de canal nous avons la fédération Burkinabè de football, le ministère des sports, la SODIBO, les médias dans leur ensemble, et des personnes physiques  qui nous apportent du soutien sans oublier des anciens footballeurs comme Kassoum Ouedraogo, Rahim Ouedraogo. Ils sont nombreux ceux qui nous accompagnent. Je profite de votre tribune pour dire merci à tous nos partenaires qui nous épaulent depuis la première édition.

Les trophées sont devenus Sabot d’or CANAL+

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’organisation

Les difficultés sont d’ordre financier. Il faut dire que depuis ces 4 éditions on a toujours eu du mal à mobiliser des ressources pour l’organisation de notre évènement. C’est vrai, il y a des partenaires qui nous soutiennent mais certains soutiens sont fait de telle sorte que c’est juste après l’évènement que nous pouvons  avoir les ressources, hors nous avons besoin des ressources en amont pour pouvoir  nous organiser. Sur le plan institutionnel nous n’avons pas de problèmes parce que notre évènement  est connu, au ministère des sports on nous ouvre les portes. Pour dire vrai nous n’avons jamais bouclé le budget du sabot d’or quelqu’en soit le montant. Généralement on est très modeste. Cette  année le budget tourne autour de 6,5 millions mais je vous assure que c’est très difficile de le mobiliser.  C’est la passion qui nous guide dans l’organisation de cet évènement, et nous nous disons que les choses s’amélioreront au fil des années

Quel sera le contenu de la soirée

D’abord nous prévoyons la soirée le samedi 21 juillet à 19h30mn  à Ouagadougou. Le contenu il est assez simple. C’est un contenu que nous voulons digeste avec des prestations artistiques, la remise des trophées, un cocktail, et aussi l’intronisation des ambassadeurs sabots d’or pour la sécurité routière qui est aussi une innovation de la présente édition.  Nous avons désigné des jeunes qui sont influents dans leur communauté pour  nous aider dans la sensibilisation sur la sécurité routière. Le mandat de ces ambassadeurs dure une année et peut être renouvelable.

Propos recueillis par Sougrinoma Ismaël Gansore

 
Share With:
Rate This Article
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR